AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 11/03/2014
› nombre d'opérations : 270
› pseudo : MishMish (+) Sophia
› célébrité : Phoebe Tonkin
› credits : @ rastamachine, tumblr.

MessageSujet: For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL   Mer 27 Juil - 21:05



For there is no friend like a sister in calm or stormy weather; To cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.


Dans cette chambre, tout paraissait froid. La blancheur de ces murs, l'odeur de désinfectant présent dans toutes les pièces et cette vue sur le ciel. Depuis son lit, la jeune femme tente de combattre le temps, de battre l’ennui persistante qui avait pris place dans cet endroit. Chaque geste qu’elle effectuait lui demandait un véritable effort. En fermant les yeux, elle pouvait encore sentir l’odeur de la fumée lui arrivant doucement et cela l’effrayait. Ses insomnies devenaient de plus en plus fréquentes et cela ne fit qu’engendrait ses périodes d’amnésie. Des larmes coulaient le long de ses joues lorsqu’elle pensait à ce qu’était sa vie auparavant. Elle se souvient de son sourire lorsqu’elle se promenait dans les rues de Los Angeles, des moments où elle courait dans ce parc en ressentait cette légère brise se poser sur son visage. A présent, elle osait à peine se regardait dans un miroir. Son visage reprenait forme petit à petit, mais ses cicatrices ne partiraient pas du jour au lendemain et sa convalescence allait durer encore de nombreux mois. Ce matin-là, elle n’eut pas le courage de se réveiller et se tenait dans son lit lorsque le soleil était à son apogée. Dans son esprit, elle avait perdu la conscience des heures qui défilaient. C’est une voix familière qui la fit sortir de son sommeil. « Comment elle va aujourd’hui ? » Elle n’eut pas besoin de tourner la tête afin de reconnaître la voix de son père, ce chef de service. Puis son résident lui répondant qu’elle allait bien, que ses soins avaient permis de soigner un peu ses brûlures, mais que la dose d’antidouleur avait du être augmenté. Cela était devenu un véritable rituel. Elle aimerait tellement que son père puisse venir la voir chez elle et retrouver le sourire sur son visage.
Attendant le départ de celui-li, elle se redresse sur son lit, tant bien que mal. la douleur était forte et chaque partie de ses jambes étaient insupportables. Elle ne supportait plus les soins quotidiens apportés. Elle ne supportait plus voir ces personnes se rapprochant d’elle afin d’ôter la peau totalement brûlée. A chaque fois, cette souffrance était de plus en plus grandes et ses larmes coulaient quotidiennement. Avant que cette séance se fasse, elle avait besoin de se changer les idées et rien qu’à voir l’heure, un sourire prit place sur son visage. Sa vie devenait de plus en plus monotone ici et toutes ses journées se ressemblaient. Elle avait l’habitude de voir sa soeur en chaque début d’après-midi. Bien que Jezabel ait perdu beaucoup de poids depuis son arrivée ici, elle prenait un grand plaisir à partager la pause repas d’Annabell. Leur complicité n’a fait que s’accroître depuis qu’elle s’est faite hospitalisée. Elle l’attendait avec impatience et lorsqu’elle vit une chevelure brune. « Allez Anna, ramène tes fesses ici et laisse un peu les autres travailler ! » Jezabel tente de remettre ses cheveux correctement et de se placer de sorte où la douleur était supportable. « Viens t’asseoir avec moi et je veux tout savoir, ma radio quotidienne. » En temps normal, Jezy n’écoutait jamais les rumeurs des endroits, cependant cela était devenu un véritable échappatoire. elle avait besoin de se changer d’air, de se changer les idées et sa soeur était la seule personne pour laquelle elle vouait une confiance aveugle et qui la connaissait mieux que quiconque.


_________________
Because everything's changing
It started out as a feeling which then grew into a hope. Which then turned into a quiet thought. Which then turned into a quiet word and then that word grew louder and louder. 'Til it was a battle cry, I'll come back. When you call me, no need to say goodbye. ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/07/2016
› nombre d'opérations : 243
› pseudo : queen b.
› célébrité : nina dobrev
› credits : hook me up

MessageSujet: Re: For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL   Jeu 28 Juil - 15:16



Jeza & Anna  
Nulle amie ne vaut une sœur.
Depuis plusieurs semaines j'enchaînais les gardes de nuits. J'avais tendance à minimiser ma fatigue et sacrifier ma vie personnelle pour pouvoir étudier et prendre des cas. Depuis que Fitz était devenu mon mentor et qu'il m'avait laissé l'accompagner au bloc, mon envie d'apprendre était de plus en plus grandissante et j'étais animée par la volonté de m'améliorer et d'apprendre. Mais il n'était plus depuis quelques jours, puisqu'il ne m'adressait plus la parole et nous n'avions pas encore eu l'occasion de parler de l'épisode de l'ascenseur. Ajouté à cela, les relations plus ou moins tendues avec Noah, dû on ne sait trop à quoi, car il n'y avait pas eu de disputes entre nous… bref, j'étais mieux à l'hôpital, à étudier et à travailler. Je travaillais justement sur mes prochains examens, j'avais déjà bu cinq café et je sentais que mon rythme cardiaque commençait un peu à s'accélérer. Il était temps que je me ralentisse un peu et jeta un œil à ma montre. Merde. Il était déjà 12h47. Il fallait que je passe à la cafétéria attraper un sandwich et que je me rende dans la chambre de ma sœur pour notre, désormais, traditionnelle pause déjeuner. Je me hâtais et rangea mes bouquins dans le casier de la salle de repos qui m'était attitré et me dirigeais vers la cafétéria. Comme d'habitude, rien de très ragoutant au menu. Je jetai tristement mon dévolu sur un sandwich au poulet, une mousse au chocolat, une barre protéinée pour ma sœur et un jus de pomme, j'en pris un second pour Jezabel, puis me dirigea joyeusement vers l'aile où résidait ma sœur. Nous avions pris cette habitude rapidement, je savais qu’elle avait ses soins le matin, son chirurgien qui passait pendant la pause déjeuner et notre père qui passait à peu près toutes les heures. Mais entre 13h et 13h45, elle n’était rien qu’à moi, et tout le monde savait qu’il ne fallait pas nous déranger. La relation de jumelle est indescriptible, et dès mes premières visites, Jezabel allait mieux, alors qu’elle avait encore des pertes de mémoire. Pourtant, moi elle ne m’a jamais oublié. J’entendis la voix de mon père et attendis deux trois minutes, puis ma sœur m’appela. Mon père croisa mon regard, me fit un sourire et déposa un baiser sur mon front, avant de sortir. Il allait mieux, mais ce n’était pas encore la grande forme. Elias, le chirurgien de ma sœur sortit à son tour et l’infirmière, Margareth, qui était aussi ma préférée sortie en me faisant un clin d’œil tout en fermant la porte. Je m’installais au côté de ma sœur sur son lit et sortie mes achats du sac en papier de la cafétéria. Je t’ai pris une barre et un jus de pomme, si ça te dis ? Je souris à sa question. Jezabel raffolait à présent des ragots de couloirs, mais elle comme moi n’avons jamais été très friandes de ce genre de commérage et je n’étais pas vraiment au courant des potins, mais quand j’entendais quelque chose je le lui racontais. Je crois que Margareth en pince pour papa. Elle est toujours un peu gênée quand il est là, et hier soir, elle lui avait préparé tous ses dossiers et pris une pomme car elle avait remarqué qu’il n’était pas sortis pendant toute sa procédure, qui a duré une bonne partie de la fin de journée et de la nuit. Margareth, était une femme d’une quarantaine d’années, elle était douce et patience. Je l’aimais beaucoup, car elle était bienveillante. Mais je ne l’imaginais pas du tout comme belle-mère pour autant. J’attaquai mon sandwich. Comment tu te sens aujourd’hui ? Je pris une bouchée de mon sandwich et contempla ma sœur, sans montrer à quelle point je pouvais ressentir physiquement la douleur de mon double.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 11/03/2014
› nombre d'opérations : 270
› pseudo : MishMish (+) Sophia
› célébrité : Phoebe Tonkin
› credits : @ rastamachine, tumblr.

MessageSujet: Re: For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL   Dim 14 Aoû - 19:04



For there is no friend like a sister in calm or stormy weather; To cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.


Le quotidien de Jezabel était constamment tourné sur tout ce qui se passait dans cet hôpital. Chaque passage, chaque personne qu’elle croisait était une distraction pour elle, elle se contentait de peu de choses afin que ses journées puissent paraître moins longue. La visite de sa soeur était un rituel dont elle ne se lasserait jamais. Lorsqu’elle aperçoit cette chevelure brune s’approchait d’elle, elle laisse une place afin de pouvoir s’asseoir à ses côtés. Elle ne peut pas forcément bouger énormément, pourtant elle voulait pimenter un peu ses journées et les potins étaient devenus une envie, un besoin. « Oui, je prends » Elle attrape la barre que lui tend sa soeur afin de l’ouvrir. La nourriture de l’hôpital n’était pas des plus agréable et appréciée, elle ne pouvait pas trop faire autrement et ne pouvait pas forcément manger tout ce qu’elle voulait. Elle écoute les récits de sa soeur et un rire se fait entendre dans cette chambre d’hôpital. « Il serait temps que papa puisse reconstruire sa vie. Même si je ne connais pas forcément cette Margareth et que je veux que les seules femmes à papa soient ses filles chéries. » Depuis le décès de leur mère, leur père s’est voué corps et âme au jumelle et cela l’attriste de temps en temps. Même si elle veut que son père continue à n’avoir d’yeux que pour elle, elle veut qu’il puisse vivre sa vie et si cette femme était attiré par lui. La prochaine question était une des questions qu’elle entendait le plus depuis qu’elle se trouvait ici. Toutes les personnes passant le seuil de cette porte lui demandait comment elle allait. A plusieurs reprises, elle n’avait pas daigné répondre à cette question car celle-ci était totalement inconcevable au service des grands brûlés où des soins lui étaient prodigués chaque jour. Cependant, Annabell n’était pas n’importe qui et elle savait que sa question était sincère et qu’elle s’inquiétait réellement pour elle. « Ça va, enfin ce ne sont pas les meilleures journées de ma vie, mais j’apprends à vivre avec ces soins constamment. » Une grimace se fit apercevoir sur son visage, alors qu’elle replace une mèche de cheveux derrière son oreille.
Assez parler d’elle, elle avait envie de tout connaître sur sa soeur. Chaque histoire qu’elle entendait ici lui fit comprendre que cet hôpital était une véritable série tv et que chaque journée réservait son lot de surprises. « Et toi alors comment tu vas ? Et Noah alors ? Tu sais que je veux tout savoir ! » Elle connaissait tout sur la vie de sa soeur donc même ses relations ne lui étaient pas inconnus.  Elle voulait éviter de parler d’elle et de l’attirance qu’elle ressentait pour un résident de cet hôpital, une attirance à sens unique car elle ne pourra jamais envisager plus loin avec un homme fiancé.  


_________________
Because everything's changing
It started out as a feeling which then grew into a hope. Which then turned into a quiet thought. Which then turned into a quiet word and then that word grew louder and louder. 'Til it was a battle cry, I'll come back. When you call me, no need to say goodbye. ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/07/2016
› nombre d'opérations : 243
› pseudo : queen b.
› célébrité : nina dobrev
› credits : hook me up

MessageSujet: Re: For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL   Mar 30 Aoû - 14:06



Jeza & Anna
Nulle amie ne vaut une sœur.
J’étire un peu mes jambes sur le lit tout en me massant la nuque. Jezabel en profite pour attraper la barre de céréales que je lui tends de l’autre main. J’avais mal partout. Oui, il serait temps qu’il se trouve quelqu’un, mais il a dû perdre la main et puis, je suis certaine qu’il a peur de nous froisser par rapport à maman. Notre père faisait tout pour nous, il était protecteur, à l’écoute, aimant. Nous n’avions jamais manquées de rien grâce à lui. C’était un super papa, ont le savaient, on le lui disait souvent et tout le monde s’accordait à penser ça. Mais même s’il le savait il continuait à vouloir surprotéger ses filles, même de lui et de sa vie privée. Je fis la mou. Je sais que ce n’est pas facile pour toi, mais tout ce que font les médecins, c’est nécessaire. Je lui adressai un clin d’œil en souriant. Je ne pouvais pas lui fournir d’autres raisons. Ce qu’elle vivait était atroce et personne ne méritait ça, encore moins ma sœur. Mais mon statut d’interne, me faisait parler comme un médecin et mes mots n’étaient pas différents du staff qui s’occupait de ma sœur, j’en étais désolée, car je ne me trouvais pas à la hauteur pour la consoler. Mais c’était comme cela, je parlais le langage des médecins. Je soufflais. Noah. Que dire de plus ? Ecoutes, je ne sais pas vraiment, il est distant et bizarre. Je ne sais pas si c’est qu’il s’est disputé avec sa copine ou alors si elle lui a encore fait une crise, mais il est vraiment bizarre, pourtant je n’ai rien fait de mal, du moins je crois. En réalité, je ne le savais pas puisque je n’avais pas pris la peine d’en parler avec lui. Depuis quelque temps, je n’étais plus si à l’aise avec lui, et moi-même je le fuyais sans raison apparente. J’essayais donc de changer de sujet. Et ton médecin alors ? Il est sympa avec toi ? Je ne connaissais pas bien Elias, j’espérais être sur l’une de ses opérations prochainement pour me faire mon avis sur lui. Mais papa était convaincu qu’il était le meilleur pour s’occuper de Jezabel et j’avais confiance à cent pour cent en son jugement.
Code by Joy





_________________
Nulle amie ne vaut une sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé


No Worries
Life

MessageSujet: Re: For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL   

Revenir en haut Aller en bas
 

For there is no friend like a sister in calm + ANNABELL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Full Friend Rabbit
» Tetris Friend
» Comment résister à une frappe en profondeur????
» Lamp oil? Rope? bombs? You want it? It's yours my friend! As long as you have enough rupies!
» Abonnement Ful friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road's Hope :: Fourth step :: Fifth Floor :: Burn Unit-