AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 02/08/2016
› nombre d'opérations : 144
› pseudo : queen b.
› célébrité : rachel bilson
› credits : blondie (avatar) + sian (signature)

MessageSujet: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mar 2 Aoû - 23:04



- Harper Marley -
comme les cinq doigts de la main.


+ nom et prénom : harper marley + âge : trente-quatre ans + date et lieu de naissance : le 15 juin 1984 à los angeles + nationalité et origine(s) : américaines + profession/études : titulaire en gynéco-obstétrique. + statut civil : veuve depuis trois ans +  situation financière : aisée + groupe : in too deep


This Is Why We Fight


✃ Comment êtes-vous arrivé au Road's Hope Hospital? Je suis née et j'ai grandis ici à Los Angeles, il était donc logique que j'étudie à l'université ici-même. J'ai effectué mon internat au Road's Hope Hospital et j'ai eu un poste de résidente en obstétrique et je suis aujourd'hui titulaire.
✃ Quels sont vos pires et meilleurs souvenirs dans cet hôpital ? Le meilleur souvenir que j'ai au sein de cet hôpital est sans doute les deux accouchement de ma meilleure amie. Bien sûr, ce n'est pas moi qui ait procédé à ce dernier, mais c'est la première de notre bande à avoir mis au monde des enfants. C'était un moment magique, nous étions tous présents autour d'elle pour accueillir son fils. Les pires moments, sont ceux ou ont perds des patients naturellement. Le pire et meilleur souvenir en même temps, mon accouchement, très heureuse d’accueillir ma petite Lily-Rose, mais le cœur déchiré de devoir faire ça toute seule. Elevé mon enfant, son qu’elle puisse rencontrer un jour son père est terrible pour moi.
✃ Comment voyez-vous votre avenir aujourd'hui? J'espère un jour pouvoir ouvrir mon propre cabinet, ou une clinique privée, c'est un doux rêve que nous avions avec ma bande d'amis. Nous aimerions pouvoir travailler tous ensemble et continuer à travailler en parallèle à l'hôpital pour la chirurgie. Peut-être dans dix ans qui sait ?


jalouse, impulsive, possessive, maladroite, honnête,  franche, gourmande, joviale.


→ Elle a une petite sœur. Elle est très proche de cette dernière. Sa petite sœur est née d'un remariage, elles ont donc dix ans de différence. Mais dès que Marley posa les yeux sur sa petite sœur, elle se promit de la chérir et la protéger.
→ Elle a une joie de vivre naturelle et elle affiche un sourire en permanence, c’est une boule d’énergie et on lui donnerait le bon dieu sans poser de question.
→ Marley a toujours prétendu ne pas avoir l'instinct maternel. C'est en réalité une fausse idée qu'elle se faisait puisque sa filleule se portait très bien quand celle-ci la gardait. En réalité, elle avait juste très peur de ne pas être à la hauteur et comme elle peut se montrer maladroite, elle avait une peur bleue de blesser l’enfant de sa meilleure amie. Marley adore les enfants de sa meilleure amie. Et elle est une super maman, qui jongle entre l’école et son boulot. Mère célibataire ce n’est pas toujours évident, mais elle a une équipe de choc autour d’elle.
→ Marley est plus ou moins heureuse dans sa vie, bien qu'elle soit veuve. Ils sont un groupe de copains, et cela depuis qu'ils sont tout petits. Elle les considère comme sa famille et est très fière que leur amitié est pu survivre en grandissant et surtout ... à médecine ! Ils ont étés d’une aide précieuse, lors de la mort de son mari et s’occupe très bien d’elle et de sa fille, elle leur est très reconnaissante d’être toujours là quoi qu’il arrive.
→ Le divorce de ses parents n'a jamais été un drame pour elle, elle est resté très proche de ses parents. Même si sa mère a eu une aventure.


Dernière édition par Marley Harper le Mer 3 Aoû - 11:59, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 02/08/2016
› nombre d'opérations : 144
› pseudo : queen b.
› célébrité : rachel bilson
› credits : blondie (avatar) + sian (signature)

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mar 2 Aoû - 23:05

The Lion Sleeps Tonight

Je suis née le 15 juin de l’année 1982 dans la cité des anges. Mon père et ma mère étaient des amours de jeunesse. Ils se sont rencontrés en faculté de droit. Ma mère est rapidement tombée enceinte, l’obligeant à arrêter un temps son cursus. Elle a repris plus tard et est aujourd’hui assistante juridique. Elle n’a jamais regretté son choix, elle a été ravie de pouvoir s’occuper de moi, m’élever et me voir grandir. Selon elle, le meilleur métier du monde reste maman. Mon père quant à lui a continué ses études. Il est aujourd’hui à la tête d’un cabinet d’avocat qui marche très bien. Peu présent à la maison, cela ne m’a jamais empêché d’être très proche de lui. Fille unique, mes parents m’adoraient, et m’adore toujours, et je n’ai jamais souffert d’être seule. D’autant plus que j’avais une bande de copain que je considérais comme mes frères et sœurs. Tout commença dans un parc. Je fis la rencontre de Lara. La brune, la blonde, notre seule différence était la couleur de nos cheveux. Depuis nos deux ans, nous sommes inséparable, une relation vieille de trente ans. Nos mères se sont tout de suite bien entendu, nous passions nos après-midi ensemble. La mère de Lara et la mienne, ne travaillaient pas, elles s’occupaient de nous. Elles eurent une profonde amitié l’une pour l’autre et se considéraient comme des sœurs. Si notre amitié a survécu au temps, la leur également. Le premier jour d’école, notre plus grande angoisse était de ne pas être dans la même classe et ô miracle, nous n’avons jamais été séparées. Sage comme des images, nous étions toujours assissent l’une à côté de l’autre et jamais il n’y a eu la moindre gêne, bizarrerie ou dispute entre nous. Quelques semaines après la rentrée, une nouvelle famille s’installa dans notre rue, la famille Hamilton. Avec eux, un petit garçon métisse aux yeux d’un bleu/vert magnifique, Nathan. Nos mères décidèrent de saluer les nouveaux arrivants et Nathan intégra immédiatement la bande. Ce n’était plus un duo mais un trio. Depuis, nous n’avons jamais plus été deux, mais ce n’était pas un problème puisque c’était notre meilleur ami et nous avions une parfaite alchimie dans le groupe. Deux ans plus tard, Nathan se fit une nouvelle amie avec qui il partageait une même passion, le sport. La petite fille se prénommait Kate. Au départ, Lara et moi avions du mal à intégrer la jeune fille. Mais cela ne dura que quelques semaines, Kate devint l’une des nôtres à part entière. Nathan et elle étaient très proches, mais comme Lara et moi étions comme des jumelles, finalement la quatrième équilibrait encore mieux le groupe. Le dernier arrivant du groupe fut Danny. Il était très grand pour son âge et terriblement timide. C’est moi qui lui ai parlé la première. Entre Danny et moi, ce fut le coup de foudre immédiatement. Comme ce que j’avais ressenti pour Lara. Il intégra la bande, par la force des choses, puisqu’il était mon double au masculin. Il s’entendait merveilleusement bien avec les autres, et jamais il n’y a eu la moindre dispute dans notre groupe, le moindre sous-entendus douteux, jamais une histoire d’amour, rien qui n’aurait pu bouleverser l’équilibre du groupe. Nous étions, et sommes toujours, comme les cinq doigts de la main. Nous avons grandi tous ensemble, veillant les uns sur les autres, en soutenant ceux qui en avaient besoin. Nous étions tous au courant de tout, nous étions tous présents les uns pour les autres. Je dois bien avouer qu’avoir ma petite bande m’aida au moment où mes parents m’annoncèrent qu’ils allaient divorcer. Je n’avais pas vu la chose arriver, mon père ne s’y attendait pas non plus. Ma mère, lassée d’attendre mon père le soir, avait rencontrée quelqu’un d’autre. Ce fut un terrible choc pour moi. Je ne m’y attendais pas et j’allais devenir l’unique du groupe, à avoir des parents divorcés. Je ne sais pas pourquoi mais j’appréhendais que cela change quelque chose entre mes ami(e)s et moi. Mais comme à leur habitude, ils étaient là. Présent pour moi, à l’écoute et pas du tout dans le jugement. Ils décidèrent que j’allais vivre avec mon père, c’était plus simple comme cela, mon père ne voulait pas perdre sa femme et sa fille, donc ma grand-mère vint vivre avec nous et elle m’éduqua, de manière douce. C’était la personne la plus gentille du monde, et je l’adorais, c’est elle qui m’a appris à prendre confiance en moi. J’avais alors dix ans. Ma mère s’installa avec un homme que j’adorais et que j'aime toujours profondément. Il avait un fils, Zach. Bizarrement, nous n'avons jamais été proche. Mon père refit sa vie un peu plus tard, il avait eu du mal à se remettre du divorce qui s’était avéré houleux, il s’était donc plongé dans le travail. Mon père avait acheté une maison non loin de chez ma mère, a une rue seulement et je passais autant de temps que je le pouvais avec l’un et avec l’autre. Ma mère se remaria deux ans plus tard, et naquit de cette union, encore deux ans plus tard, la jolie Lydia. J’ai accueillis cette petite princesse, comme il se devait. Tout de suite, je l’ai considéré comme ma petite sœur. Je prenais soin d’elle et m’occupait d’elle comme je le pouvais, je l’adorais et nous sommes aujourd’hui toujours aussi proche, bien que nous ayons dix ans d’écart. La suite se passa sans encombre, le lycée, les premières histoires d’amour. Notre groupe se renforçait de jour en jour. Nous avons tous décidé de nous lancer dans médecine, sauf Danny qui fit de la gestion. Lara et moi, en parlions depuis toujours, Nathan et Lara étaient passionnés par les enfants, Kate par les sportifs. Nous avons tous étés pris, sauf Lara. Ce fut un coup dur, d’autant plus que Lara et moi n’avions jamais été séparées. Mais elle prit cela comme ça venait et décida de devenir infirmière, c’est d’ailleurs la meilleure que je connaisse. La période de l’internat fut assez compliqué pour nous, nous n’étions pas souvent à la maison. Lara était très patiente, et assez disponible pour nous voir. Danny aussi. Lara rencontra Eliott la première année d’université. Un garçon beau comme un dieu, ils sortirent ensemble pendant plusieurs années, se déchirant, se remettant ensemble, se trompant mutuellement pour faire rager l’autre. Il n’a jamais fait partie de notre groupe, mais nous passions beaucoup de temps avec lui, c’était le mec de Lara après tout. Finalement, elle tomba enceinte après cinq ans de relation tumultueuse. Elle n’a jamais su qui était le père, mais son fils c’est le portrait craché d’Eliott. Alors, on ne dit rien, même si on sait. Nathan a toujours détesté Eliott, d’autant plus qu’il est maintenant résident dans le même hôpital que nous, mais par respect pour Lara, il ne dit rien. Lara, nous choisis Nathan et moi pour être les parrains et marraines de son fils. On passait un maximum de temps avec lui, c’est le bébé de la bande et tout le monde le gâte beaucoup. Lara, s’est finalement trouvé un mec bien. Ils ont eu un second enfant, et je ne l’ai jamais vu si heureuse. Danny, lui a acheté un bar non loin de l’hôpital, souvent on s’y retrouve le soir, pour boire des verres, diner et décompresser. Deux enfants et trente ans, ne sont finalement pas venus à bout de cette amitié. Nous sommes toujours comme les cinq doigts de la main. La première année de ma résidence, j’avais vingt-cinq ans, j’avais choisi ma spécialité, comme les autres d’ailleurs. Un accouchement particulièrement difficile nous obligea a appelé le service pédiatrique, Nathan était de garde ce jour-là, on avait perdu la mère et l’enfant. C’était terrible pour nous et nous étions dévasté. On se retrouva dans le bar de Danny, qui était absent ce jour-là. En enchainait les verres de vodka, au bout d’un moment on était vraiment bourré. Une chose en entrainant une autre on se retrouvait dans les toilettes, moi en soutien-gorge lui torse nu. Un fou rire me pris. On va vraiment faire ça ? Dans les toilettes ? Nathan se mit à rire. Ouai, j’avoue tu mérites un peu mieux que ça. Finalement, on s’arrêtait là, pour le moment. Il me raccompagna, et toujours aussi bourrée, en bon gentleman, il m’accompagna pour me coucher. J’étais totalement raide pour tout dire. Il passa une main sur mes cheveux. J’étais allongée sur le lit. Je t’aime. Il sourit. Je t’aime aussi Marley. On resta comme ça, pendant plusieurs jours, mais une tension sexuelle se faisait sentir. On s’évitait et puis un jour de garde, ça nous a repris, on a couché ensemble dans une salle de repos. C’était explosif, merveilleux, une osmose d’une rareté inouïe. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Étrangement, nous n’étions pas gênés. On s’est revus plusieurs fois, on s’aimait, en réalité, on s’aimait depuis toujours. On se cachait, on se retrouvait entre deux patients pour le faire, comme des bêtes, c’était du grand n’importe quoi et on se cachait des autres. On ne pouvait pas éviter les autres trop longtemps, alors au bout d’un moment on s’accorda une pause déjeuner avec Kate. Putain, vous l’avez fait !! Elle se releva comme une folle, toute excitée à cette idée. Mais tu as un radar ou quoi ? Kate avait percé notre petite secret, Nathan et moi décidions donc de dévoila au grand jour notre histoire d’amour. Cela ne choqua personne, tout le monde était content pour nous et heureusement, cela ne changea aucunement les relations des uns et des autres. On est resté en couple pendant deux ans, puis Nathan m’a fait sa demande. C’est que Nathan, c’est un garçon romantique et c’est surtout un garçon bien sous tous rapports. Alors forcément, il m’a fait une super demande en mariage, ultra romantique et j’ai dit oui tout de suite. Lara et Kate étaient comme des dingues. On a fait une très belle cérémonie, nos deux familles sont assez aisées, il est catholique et moi juive, nous avons donc voulu contenter tout le monde pour le mariage, mais tout le monde a joué le jeu. On s’installa officiellement ensemble à la suite du mariage, j’entends par là, nous avions rendu nos deux appartements pour en acheter un en centre-ville. Un très bel appartement, avec quatre chambres, deux salles de bain, une belle cuisine américaine et nous avons même pris un chien. Le bébé arriva donc forcément rapidement suite à cela. Je suis tombée enceinte six mois après notre mariage. A l’âge de trente ans. J’étais déjà titulaire, et pour nous c’était l’âge limite pour avoir un premier enfant. On n’en voulait pas forcément plus. Nathan était fou de joie quand il apprit, qu’il attendait une petite fille. A quatre mois de grossesse, il eut une grosse opportunité, de celle qu’on ne refuse pas. Marley, on me propose une bourse pour mon étude sur les enfants du tiers-monde, on me propose une mission de quatre mois avec l’armée américaine. Je pouvais lire la fierté et la joie dans ses yeux. Fais-le ! Pars, c’est ton rêve, fais-le ! Il culpabilisait pour ma grossesse. Tu seras là à temps pour l’accouchement, je vais tenir, n’oublie pas que j’ai une équipe de tonton et tata de choc ici. Une semaine plus tard il était dans l’avion. La suite de la grossesse se passait bien. J’avais plutôt confiance et je comptais les jours jusqu’au retour de Nathan. J’étais bien entourée, jusqu’au jour où le téléphone sonna. J’étais à sept semaines de mon terme et je sentis mes entrailles de déchirer, un cri sortie de ma bouche, j’étais dans mon appartement, quelqu’un tambourinait déjà à ma porte. Il n’était au courant de rien, mais ça allait être le premier de la bande à l’apprendre. Il avait dû m’entendre crier puisque j’entendais Danny hurler de l’autre côté de la porte d’entrée. Il avait un double, il fit irruption dans ma chambre, j’étais en boule sur le sol, il m’attrapa, hurlant pour que je lui réponde. Pour toutes réponses, des larmes roulaient sur mes joues. Nathan était mort. On a tous littéralement perdu un membre vital ce jour-là. L’enterrement fut terrible, éprouvant, je n’en pouvais plus. A chaque fois, que quelqu’un m’adressait la parole, je fondais en larmes. Oui c’est terrible pour le bébé. Lara me serrait fort, fort, dès qu’elle me sentait vaciller. Danny, Lara et Kate emménagèrent chez moi jusqu’au terme de ma grossesse, on dormait tous les quatre dans la même chambre. Ils se relayaient pour être avec moi. J’avais le sentiment d’être un boulet, mais ils me rassuraient. Puis Lara nous quitta, elle avait ses deux enfants et son mari. Elle ne pouvait pas mettre sa vie sur pause comme ça pour moi. Dany et Kate vivent avec moi depuis. Ils m’aident à élever Lily-Rose, on à chacun notre chambre, et nous formons une famille peu orthodoxe, mais on se débrouille. Ca fait quatre ans que Nathan est parti. Ses affaires, sont dans des cartons à la cave, je ne peux pas me résoudre à les jeter. Je n’ai jamais eu personne. J’ai fait mon deuil, je souris, ça va mieux, mais la douleur se faire encore ressentir un peu de temps en temps, quasiment tous les jours. Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits. J’avais aujourd’hui à ma charge trois internes et un résident. Nous avions reçu de nouvelles recrues, donc je faisais un petit tour du service, tout en présentant les patients et les cas. Je me lançais dans des explications, lorsque mon cœur manqua un battement. Je mis une main sur ma bouche. Madame, vous allez b.. La minute qui suivais j’étais dans un lit d’hôpital, Lara et Kate à mon chevet. Tu nous as fait une sacrée frayeur Marley ! C’était Kate. Je clignais des yeux, le temps de reprendre mes esprits. Nathan, il était là. Les filles se regardèrent un peu confuse et gênée. Mais Marley, Nathan est … Mort. Je sais. Je coupais sèchement Lara. Mais j’étais sûre de moi, je l’avais vu au bout de ce couloir, j’en étais persuadée. Lara s’occupa de Lily-Rose, pendant une semaine et je pu sortir. Je savais que si j’avais eu le droit de reprendre mes fonctions, c’était parce que j’étais titulaire. On a conclu à du surmenage, plutôt que de m’envoyer en psychiatrie. Je me posais pas mal de question. Je me rendis dans le service de neurologie, pour faire des scans, j’avais surement une tumeur au cerveau. Nous avions parlé longuement avec Kate de cette éventualité et de la suite des événements s’il s’avérait que j’avais effectivement une tumeur qui me provoquait des hallucinations. Je terminais ma journée, un peu anxieuse, je n’avais pas encore eu les résultats. J’avais fait mes examens trois jours plus tôt, mais je n’avais pas pris le temps de les récupérer, la peur sans doute. Cet incident avait eu lieu deux semaines plus tôt, et je me sentais en pleine forme. Même si mes ami(e)s se faisaient du soucis pour moi.




+ pseudo/prénom : queen b. + âge : 22 yo. + où avez-vous connu le forum : c’est mon dc. + suggestions : ras. + temps de connexion : quotidienne. + votre personnage est-il un scénario : non, tout droit sortie de ma petite tête. + un dernier mot : je vous aime :cœur:.

Code:
[color=palevioletred]RACHEL BILSON[/color] → [i]Marley harper[/i]




Dernière édition par Marley Harper le Mer 3 Aoû - 16:59, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 16/01/2014
› nombre d'opérations : 214
› pseudo : Zombrex
› célébrité : Jensen Ackles
› credits : tumblr & Faith

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mer 3 Aoû - 0:53

Ohhhhhhhhhh Super choix de vava, Rachel est juste

Bienvenue parmi nous, si t'as le moindre soucis n'hésites pas à nous contacter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 25/07/2016
› nombre d'opérations : 286
› pseudo : b♦h
› célébrité : sophia bush.
› credits : Schizophrenic

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mer 3 Aoû - 8:51

Comme t'es belle I love you

(re) Bienvenue & bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: revenir en arrière.
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 25/07/2016
› nombre d'opérations : 238
› pseudo : MoGlobine
› célébrité : H. Burton
› credits : schizophrenic.

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mer 3 Aoû - 8:57

rebienvenue parmi nous darling
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 02/08/2016
› nombre d'opérations : 144
› pseudo : queen b.
› célébrité : rachel bilson
› credits : blondie (avatar) + sian (signature)

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mer 3 Aoû - 9:03

Merci à vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: Be a writer
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 27/07/2016
› nombre d'opérations : 479
› pseudo : L-J
› célébrité : Lucy Hale
› credits : @Hepburns

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   Mer 3 Aoû - 9:19

Oh Rachel

(re) bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé


No Worries
Life

MessageSujet: Re: Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marley + à la fac on a une centaine d'heures sur comment lutter contre la mort, mais pas une seule sur comment vivre avec...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Salut, c'est Eddy Marley, le plus grand fêtard d'Europe!
» Bob Marley - A Lalala Long
» Tributs
» [Rumeur] Etablissement dans le parc
» Thème LBP pour Chrome

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road's Hope :: Second step :: the pursuit of happiness :: welcome home-