AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Alec Ethan Lawrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/08/2016
› nombre d'opérations : 32
› pseudo : Speedy
› célébrité : Jamie Dornan
› credits : Jerry

MessageSujet: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 13:25



- Alec Ethan Lawrence -
your quote here.


+ nom et prénom : Alec Ethan Lawrence. + Age : 33 Ans. + date et lieu de naissance : 14 décembre 1983 Dublin. + nationalité et origine(s) : Irlandais. + profession/études : Médecin Urgentiste - Chirurgien traumatique - Ex médecin Militaire de terrain  . + statut civil : Célibataire. +  situation financière : confortable. + groupe : RUSSIAN ROULETTE.


This Is Why We Fight


✃ Comment êtes vous arrivé au Road's Hope Hospital? De part mon couple par la passé et mon emploi, a présent car je veux plus fuir ma vie.
✃ Quels sont vos pires et meilleurs souvenirs dans cet hôpital ? La perte de mon fils
✃ Comment voyez vous votre avenir aujourd'hui? Je ne le vois pas je vie au jour le jour.


Observateur, Rancunier, Courageux, Renfermer, Solitaire, Auto destructeur, Franc, Lunatique.


J'ai perdu un fils. + J'aime encore mon ex, mais suis bien incapable de lui revenir. + Je ne suis pas du genre a parler de ma vie. + Professionnelle je fait passé mon travail avant mes sentiments. + Je suis très sportif, car très nerveux et actif. + Je ne serais jamais un amants romantique, surtout si vous n'avez pas gagner une part de mon cœur de pierre.



The Lion Sleeps Tonight

"Par où, par qui ? Par quoi puis-je commencer ? Ma naissance, mon parcours, ma vie tout bonnement. Alors elle est simplement normale ma vie, enfin aussi normale que je veux qu’elle soit. Il était une fois un crétin sans limites, non, non, je suis sérieux, vous voulez l’entendre alors laissez-moi vous compter mon histoire telle que je la vois. Je suis donc un crétin Irlandais pur malte ou presque vu que ma mère est de chez vous. J’aime la bagarre, le sport et tout ce qui touche à la compétition. Proche de mon père et de mon unique cousin, qui comme moi a toujours fait de sa vie ce qu’il en voulait, on s’éclatait lors de ses visites mais tout a bien changé plus tard. J’y reviendrai, soyez patients. Quoi, vous n’avez pas que cela à faire ? Ben je ne vous retiens pas, je ne vous ai pas forcé à venir ou à m’écouter, c'est vous qui tenez à connaître ma vie, moi je la connais déjà et j’aimerai même par moment en oublier des morceaux. "

Donc je disais que j’aimais m’amuser à tellement de choses… Enfin que cela soit donc au dépend de ma demi-sœur, qui a souvent perdu ses petits amis à cause de moi ou grâce à mon cousin James, ou encore en jouant les grand-frères par alliance relou enfin, quoi que pour une raison obscure rien n’a jamais été simple avec Savannah … cette fille est tout un roman à elle toute seule, passez dans la pièce d’à côté à sa venue, elle vous racontera, elle sera surement assignée à la même connerie de parlotte que moi quand elle arrivera enfin souhaitons-le.

Mais revenons à James et à ce que je peux vous en dire car c’est important, c’est que sa vie était si dissolue que ma mère et mon père tenaient particulièrement à ce que je reste hors de ses histoires, non je déconne c’est un saint Bernard et mes parents auraient clairement souhaité que je suive son exemple. Il a dix ans de plus que moi et c’est l’unique gamin de l’unique frère de ma mère. Je dis cela juste pour vous situer car je doute que vous le rencontriez un jour.

Autant mes parents nous ont donné un enseignement rempli d’amour, de droiture et de fondements, (du moins jusqu’à leur divorce en 2003) autant mon cousin n’en a jamais vraiment suivi et quelque part j’en avais fait mon héros, il semblait cool sur sa moto à vivre d’aventures, à disparaître et revenir comme il l’entendait et son côté américain pur malte devait surement bien y jouer. Bien qu’aux yeux de ma mère qui a toujours grandi dans l’opulence bourgeoise (fille cadette d’ambassadeur américain basé à Dublin un temps) je déshonorais mon héritage en suivant les âneries de mon cousin en grandissant, ne semblant pas avoir pris conscience (de son point de vue) de la mesure de mon statut social hérité de multiples générations (dont je me fichais).

Tout cela pour vous dire que mon enfance était donc sage, trop sage, protégé dans un grand domaine de Dublin, je me livrais souvent à quelques escapades souvent rattrapé par mes nourrisses et parfois pris en flagrant délit par mes parents, mais rien de bien pénible à supporter en soit. Des sorties non autorisées, des aventures que tout gamin rempli d’audace aime suivre, exploration de vieux entrepôts, sortie au cœur de la nuit avec des amis. Le tout alors que je n’avais pas encore dix ans, je pense que mes parents ont gagné quelques cheveux blancs par ma faute et qu’ils en ont surement plus acquis par la suite, mais cela je ne l’avouerai qu’à vous.

Le pire dans tout cela est que je rapportais sans le moindre effort de bonnes notes et que j’arrivais toujours à me sortir d’affaires en me faisant aimer par mes profs ou autres membres des écoles privées que je fréquentais. Je m’adonnais donc au grand drame des miens à la vente de devoirs ou au plaisir simple de faire l’école buissonnière sans qu’on me cherche trop d’histoires, sagement placé dans un établissement Suisse durant mes jeunes années.

Cela changea à l’annonce du divorce de mes parents... couple si parfait ? Mais alors que j’avais treize ans, je faussais compagnie à ce luxueux bahut côté pour voyager bêtement avec la carte gold black volée à un autre élève plus âgé pour ses loisirs, quand je fus à deux doigts de me retrouver dans la merde finie. Je vous passerai les détails de l’affaire, ce qui est sûr, c’est que la carte de mon père et de ma mère brulèrent quelques belles calories…

Je me retrouvai donc domicilié chez ma mère aux Etats-Unis où elle était rentrée et venait de rencontrer un nouveau futur mari. Je me mis alors aux études pour de bon, je continuais à sortir, à faire du sport, mais je me calmais sur bien des points, là où beaucoup rentrent dans les conneries. Ce changement fut si radical que mon entourage eut bien du mal à y croire et avec le temps moi aussi.

Bon pause dans mon histoire avant que le clic vous démange pour courir voir si le mec d’après peut convenir à votre idéal, pote, amant, cousin, voisin, tête de lardon, chaussons… bref vous tenez l’idée. Je tiens à dire pour ma défense que je suis certes un gosse de riche, mais que bien des choses ont changées au divorce de mes parents. Bon pas le compte en banque, mais mon père s’est révélé sur un jour plus humain, plus présent pour moi, ma mère quant à elle bien qu’elle avait déménagé à Washington, où ses parents à la retraite avaient continué leurs vies après avoir rendu l’ambassade, a taché au mieux de jouer son rôle de mère et de femme amoureuse qui convolait amoureusement avec un touriste américain qu’elle avait rencontré quelques mois plus tôt durant un séjour dans l’hôtel grand luxe de la ma famille, si en ce temps je me fichais qu’elle l’ai pris rapidement pour amant, cela ne changea pas par la suite. Le point noir furent qu’ils demandent chacun le divorce, j’avais treize ans, et je me retrouvais armé d’une demi-sœur du même âge un brin casse pied. Bon comme c’est ma présentation, on va faire un bond dans le temps car je trouve cela marrant à écrire…et on y reviendra surement.


Quelques heures plutôt


J’avance dans la vallée des morts, je suis son soldat et ma main faite pour aimer est devenue une arme. J’avance sans m’arrêter, sans attendre qu’on me sauve. Je ne sais que trop qu’on ne peut sauver ce qui a déjà disparu. Je croise sur le sol détrempé des regards que je connais parfaitement. Leurs mains s’agrippent à mon pantalon et leurs cris me supplient, mais je ne ressens rien pour eux. Je n’ai qu’un but et il se trouve à l’autre bout de la ville. Je les chasse donc tour à tour d’un revers du pied. Je n’ai qu’une route, qu’un objectif. Il a poussé en moi, il grandit à chaque instant, comme une ronce, il serre mon cœur, mon âme, et m’empêche de respirer. Je ne peux faire marche arrière, pourtant sa voix m’appelle, hurle mon nom, mon prénom, me supplie d’ouvrir les yeux, de revenir vers elle. Mais je ne me détourne pas, je repousse de la main l’écho et fais un nouveau pas vers ce ravin où je sais que ma place est. Une nouvelle fois, alors que j’atteins enfin mon but, une main se tend, son regard croise le mien et ses larmes me brûlent. Je reconnais ses iris, je ressens ses sentiments, mon cœur se déchire sous ses battements, la douleur est si brutale que je sombre, le souffle court. Ma main se glisse dans la sienne alors que mes genoux s’affaissent dans cette marre de sang.

Rapidement une nuée noire voile mon horizon, la douleur devient insoutenable. Je voudrais hurler, implorer son pardon. Mais rien ne vient, le monstre en moi éclate d’un rire sadique. Mon cœur se sèche, alors que mon regard sombre dans ces pupilles qui me regardent avec compassion, avec cette tendresse que je ne mérite pas. Mes poumons ne trouvent plus l’air qui pourrait me garder en vie, mais alors que mes mains lâchent la sienne, un hurlement jaillit du plus profond de ma gorge. Mon regard se détourne et plonge dans la rivière de sang où mon corps a pris place, à genoux, mes yeux détaillent la blancheur de mes doigts, parfait contraste avec le rouge dans lequel ils baignent. La chaleur, la douceur prend place, je me sens revivre. Les pulsations de mes veines réchauffent mon corps glacé. Mes bras serrent de plus en plus fort à présent le corps qui gémit, qui peu à peu s’affaisse tandis que mon corps prend force. Un nouveau soupir raisonne alors que je relève la tête pour retrouver le regard tendre, je me sens à présent assez fort pour le suivre. Mais je ne trouve que l’effroi. Des corps vidés de toute vie, leurs visages pâles et tristes baignent dans un rouge carmin. Je me redresse alors et mes yeux se troublent à la vue du corps à mes pieds. La fureur m’enveloppe à présent au-delà de tout. La peine, la haine, ma vie sombre, dans une tempête sans pareille.

En un bond j’ouvre les yeux, le même plafond, le même calme pèsent. Seuls les crépitements des feuilles dans les arbres voisins résonnent à présent à mes oreilles, plus de hurlements. Mon regard se pose sur mes mains immaculées. Ce cauchemar je le fais depuis des mois à présent, ce même rêve qui vient me hanter depuis mon retour du moyen orient, depuis la mort de Samuel. Alors que mon esprit replonge doucement dans le sommeil, un bruit attire mon attention, un parfum que je reconnaîtrais entre tous, un mouvement près du balcon. Un sentiment me partage alors entre la foutre hors de la chambre de garde ou saisir le moment pour la questionner....

Ma « Femme, enfin non en réalité mon ex-fiancée » celle qui aurait du porter mon nom, qui a porter mon fils, celle qui hante mes cauchemars se mêle dangereusement à la réalité de mes maux et fantasmes horribles de mon cerveau en perdition face aux horreurs de mon séjour. Je suis de retour depuis quelques jours et déjà elle me tape sur les nerfs.

C’est infernal, elle a ce pouvoir particulier d’être à la fois intrigante, terriblement irritante, et amusante, pire elle a ce pouvoir particulier qui illumine la salle et fait oublier combien le monde peut être sans vie, sans charme, sans elle. D’un geste ma main frappe mon front et mes idées sont repoussées d’un coup pour me faire grogner. C’est toujours dans les moments où je m’y attends le moins qu’elle pointe le bout de son nez. J’inspire puissamment, cherchant à lui signifier mon mécontentement, mais une fois de plus rien ne change, elle reste là, dos à moi, face à la baie entre-ouverte, attendant que je prononce un mot, un salut simple ou une interrogation. Elle veut surement qu’on discute, et bien que je le comprenne, je ne peux l’exaucer, que pourrais-je lui dire, des mensonges ? Les uns accumulés aux autres ? Non le plus simple est encore de contourner tout cela, ma vie et son monde d'horreur à présent ne se mélangeront pas....

Un bref instant je remonte le temps, me rappelle les jours heureux où, d’un geste vif et joyeux, mon père me sortait à toute heure du lit pour une heure de sport providentielle, l’Irlande me manque. La vie était simple, je retrouve le gamin, mes parents, le passé où ils avaient trouvé un équilibre dans cette famille recomposée.


Retour en Irlande vingt ans plus tôt


Quand je fus viré de mon école, mon père engagea des précepteurs à domicile et durant une année, il tenta de m'élever seul. Mais voilà le sort aime se jouer de nous... il tomba malade et on m’envoya alors à l’aube de mes quatorze ans chez ma mère… enfin trois mois avant pour tout vous avouer.

Il faut aussi avouer que me retrouver à quatorze ans avec une petite sœur sortie de nulle part n'avait pas été simple à gérer. Surtout que la gamine du même âge que moi m’avait tout de suite adopté, alors que j’avais pour ma part bien d’autres choses en tête qu’une fille enfin frangine qui venait se glisser dans ma piaule et fouillait mes affaires, ou s’infiltrait dans ma vie comme un parasite. J’avais assez de ma mère qui voulais se racheté une conduite pour cela au besoin.

J’avais été inscrit dans une nouvelle école de la haute et chieuse société aux côtés des gamins de gratte papiers de la cité des anges, ou milliardaires qui n’avaient confiance qu’au système de leurs mères patries. Un mois après mon entrée j’avais été sélectionné pour faire partie de l’équipe de foot américain et n’aspirais pas vrai a ce genre de sport communautaire. Cependant avec un beau-père fan de ce sport et une mère prônant le rapprochement familial, je n'avais pas vraiment d'autre choix et n’étais donc pas vraiment à la fête en faisant les cents pas sur le terrain pour gagner la place convoitée par mon équipe dans les prochaines compétitions inter lycées.

Vous me direz et alors et la nouvelle union de ma mère et la maladie mon père, ou la sexy gamine qui m’allumait à la maison avec les années, n'étaient pas la principale affaire de ma petite vie d'ado donc, pourquoi tu nous parles de tes études et du sport là ?

Car c’est moi qui raconte, oui, oui… et que la gamine vous le comprendrez n'est pas mon plus gros pépin !


Donc avec la jolie chieuse, cela ne s’arrangea pas, deux ans passés sous le même toit, j’entrais dans la période où le sexe est bien, on aime la pratique et aime y penser aussi… les filles, les sorties, les potes, les soirées, les nanas, en duo ou en trio. Ma mère faisait alors pression et mon beau-père tentait les méthodes plus douces pour me centrer sur mes études et calmer ma nouvelle sœurette et nos prises de tête régulière car je ne la calculais jamais dans mes plants. Pire aux yeux de ma mère venaient des rumeurs des nombreux cœurs brisés dans les hautes sphères, qui faisait crisser ma petite maman d’amour si droite en apparence… Mais revenons à la chieuse, au début l’avoir à ma suite à m’appeler à tout vas ou me suivre en douce pour ruiner tous mes loisirs avait un temps mis quelques tensions dans la maison recomposée. Mais peu à peu cette sale gosse avait fini par devenir importante, d'un certaine façon, surement trop importante, au point quelle pris la place capital dans le tournent de ma vie.

Le temps n’avait donc pas joué en ma faveur et alors que j’avais atteint le but scolaire visé par mes pairs et qu’on avait été sélectionnés, la relation avec ma colocataire de maison et sœur par alliance, changea, dérapa totalement durant trois mois, je surfais autant sur la vague du sport que sur notre liaison, tachant au mieux de ne pas me noyer. Mais un soir alors qu’on avait la maison pour nous, tout bascula, ma mère avait oublié son rouge machin assorti à sa robe de gala bidule et au lieu de trouver celui-ci, nous retrouvâmes bouche contre bouche et pas que... En une nuit les affaires de la miss avaient été pliées, elle avait été envoyée chez sa mère. Fini pour moi le foot, le lycée, le lundi suivant durant plusieurs heures de voyage silencieux j’étais conduit à Fallon dans le Nevada pour la première fois. Secrètement j’espérais que cela se calme, et finalement contre toute attente avec le temps trouvais dans ma punition une drôle de récompense bien que dure pour Savannah. Bref compliqué tout cela, ce qui est à en retenir c’est que ma mère et mon beau-père souhaitaient juste me faire peur, mais voilà un mois plus tard je démontrai à ceux-ci que la vie là-bas était faite pour moi. Et je rentrai pour quelques années à l’école militaire et n’en sortis que quelques semaines pour les fêtes.

Les années ont coulées, j’avais à peine dix-huit ans quand je m’engageai dans des études de medecine avec un programme tout militaire de terrain et d'enseignement. Pour les moins cultivés dans ce métier, après des années d'internat de cours de hopitaux de campagne. Je fus basé dans le Colorado un temps avant de m’envoler pour deux ans au moyen orient. C’est à peine âgé de vingt-quatre ans que je revins aux Etats-Unis clairement désillusionné sur les bons côtés de l’humanité par la guerre à laquelle j’avais participé contre les talibans.

Mon passé quant à lui était totalement rangé dans les oubliettes, l’histoire avec ma sœur par alliance tout autant en somme. Je construisais ma vie partagé entre mon travail aux urgences de l’hôpital militaire de San diego, les missions auxquelles mon régiment était assigné, les rares permissions où je pouvais tout oublier en Irlande chez mon père et les retours compliqués chez ma mère qui elle n’oubliait rien de cette histoire, jusqu'à ce que je là rencontre elle. Oui elle, cette infernal créature qui n'a jamais vraiment quitté mes pensées.

Je venais de fêtais mes vingt-six ans et Diane entra dans ma vie bien plus intensivement que nulle autre avant elle.

Durant des semaines plus rien ne compta, j'en oubliais même d’appeler ma famille, le coup de foudre ? Je ne me questionnais pas vraiment, ce qui est sur c'est qu'elle fut un véritable tournant. Durant quelques mois, je me partageais entre elle, la route pour la retrouver et mes gardes à San Diego. Après une année de manque cruel de sommeil et de bonheur amoureux, je demandais mon changement d'hopital et me retrouvais dans un hopital de la banlieue de Los-Angeles. Lui demandant de vivre avec moi, tout semblait nous sourire et elle continuait son internat et je retrouvais d'une certaine façon, une vie plus calme, loin des hôpitaux d'urgence sur le terrain. Enfin loin, tout est assez relatif car il m'arrivait encore souvent de partir, pour des mission d'un ou deux mois, dont je n'avais pas le loisir de pouvoir lui parler. Quelque part cela me sauva de bien des façons et fit d'elle un bol d'air salutaire.

C’est donc l’année où elle rentrait en troisième années d’internat que ma vie changea pour le meilleur, pour ce qui à mes yeux était le bonheur total. L'annonce de la venue de Samuel. Moi le gamin qui n'avais jamais vraiment connu de modèle parental normal, je me retrouver là avec elle à composer notre propre vie, un futur, la demandant même en mariage. Durant deux années, tout sembla... Enfin laissons cela au passé... Car la réalité de la vie est bien moins rose par le suite. Notre fils tomba malade et malgré toute nos tentatives pour le sauver, nos espoirs et nos désillusion... Je me rappelle encore ce jour horrible où l'annonce tomba... Où les mots nous tuèrent à petit feu. Durant des heures Diane s’effondra dans mes bras. Alors je restais totalement incapable d'ouvrir la bouche, pour des paroles réconfortant, la laissant pleurer encore et encore. Les semaines, les mois ne firent pas pour autant accepter les choses, chaque jour aux côtés de notre fils, cherchant le moindre espoir, la moindre lumière et cela malgré la fatalité....

Quand le petit expira son dernier souffle, qu’il fut mis en terre, c’est sans un mot qu’elle sortit de la voiture pour monter dans la chambre du petit. Elle se sentait coupable, et quelque part moi aussi, et si la raison me disait que rien n’était de notre faute, je me sentais pourtant responsable de n’avoir su lui donner la sécurité d’un avenir, de n’avoir su lui donner simplement ce qu’un enfant est en droit d’avoir de ses parent, une vie heureuse et sans douleur. On avait perdu l’être le plus important à nos yeux, avant même d’avoir la chance de le connaître vraiment. Le fruit de nos espoirs, de notre amour, de l’amour que je portais à Diane.
Le soleil était au rendez-vous ce jour-là, pourtant le cœur ne s'y trouvait pas. Le regard perdu sur cette pierre de marbre lisse gravée de lettres d’or, je ne prêtais aucune attention aux mouvements qui m’entouraient. Mes pensées lointaines me conduisaient dans des moments secrets qui jusqu'à ce jour m’avaient toujours préservé de la trame militaire, avaient préservé mon humanité. Mes mains serraient un chardon violet parfaitement assorti à la couronne sur le cercueil. Mon visage calme ne laissait passer aucune émotion dans ce décor froid de la vielle nécropole. A mes coté Diane et son visage de porcelaine tremblaient, la main serrait dans la mienne. Ses longs cheveux volant doucement autour d’elle n’étaient pas sans rappeler les anges de marbre hissés çà et là sur la pelouse du cimetière. Non loin, quelques voix chuchotant se disputaient, sans aucun respect pour l’enfant qu’on venait de placer au pied de cette pierre froide. Alors que je contenais en cet instant l’envie d’abattre ma fureur sur ces mauvaises langues ou ces personnes compatissantes qui ne comprenaient rien.
Tous me semblaient un peu trop impudents ou sûrement aveugles du danger d’un père éperdu de douleur au pied de la tombe de son enfant à jamais sous ce chêne centenaire. J’étais là, perdu dans le temps, attendant que la brèche finisse de m’engloutir, que ce calme la rébellion dans mon âme et mon cœur. Si jusqu’alors j’avais exécuté sans la moindre question le programme de la journée, écoutés les médecins, ou encaissé la douleur, je ne comptais à présent plus qu’un objectif, faire mon deuil, resté là un moment encore et ne plus écouter personne. Refusant de me laisser aller à des actes irréfléchis. La main de Diane se mouvait dans un geste gracieux pour déposer la fleur sur le marbre et mon regard brûlant d’émotion se révéla un bref instant avant de prendre place sous des lunettes sombres et de me détourner pour rejoindre le groupe qui entourait nos parents et proches, tous se turent en nous voyant approcher. Alors qu’on remontait la longue file de voitures pour s’infiltrer dans la limousine, ma main caressa à plusieurs reprises le programme de l’enterrement poser sur mes cuisses, sans un regard pour Diane qui était assise à mes coté. Comme il était tentant en ce lieu maudit d’en finir. Mais je n’en fis rien.

Le cœur humain a des trésors cachés
En secret gardés, dans le silence scellé ;
Les pensées, les espoirs, les rêves, les plaisirs,
Dont les charmes seraient brisés d’être révélés
« Charlotte Brontë »



Lasse de sourire ou paraître, j’avais rapidement pris congé de la soirée de veillée funéraire dédié à mon petit. Évidement nul ne trouva à redire à cela, comment le pouvaient-ils dans le fond ? Mes pas calmes remontaient le long des dédales de marches de la maison, sous les regards des membres de la famille unies dans ce deuil, ou simplement présentes pour donner le change ? Je ne savait plus et je ne voulais plus rien savoir…






+ pseudo/prénom : speedy. + âge : majeure depuis plusieurs années j'ai même plus le A sur mon coffre. + où avez-vous connu le forum : une recherche d'un vos membre sur Facebook. +  suggestions : Aucune pour le moment. + temps de connexion : variable avec les demande de rp de liens. + votre personnage est-il un scénario : oui de miss Diane que je ne connais pas encore, mais qui semble avoir besoin de moi. + un dernier mot : écrire ici.

Code:
[color=palevioletred]Jamie Dorman[/color] → [i]Alec E. Lawrence[/i]




Dernière édition par Alec E. Lawrence le Ven 23 Sep - 15:55, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 28/07/2016
› nombre d'opérations : 107
› pseudo : Titebrestienne
› célébrité : Emma Stone

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 14:03

Bienvenue Very Happy !
Y en a une qui va être contente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 25/07/2016
› nombre d'opérations : 286
› pseudo : b♦h
› célébrité : sophia bush.
› credits : Schizophrenic

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 14:48

Super choix de scénario, j'en connais une qui va être contente !
Garde moi un lien ♥️


Bienvenue & bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Life› embauché le : 16/01/2014
› nombre d'opérations : 299
› pseudo : MishMish + Sophia
› célébrité : Dakota Johnson
› credits : @ Princess, may0osh.tumblr

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 16:10

Oh que oui, une femme heureuse là
Merci d'avoir choisi ce scénario
Bienvenue parmi nous

_________________
I get a good feeling !
I follow the Moskva, down to Gorky Park. Listening to the wind of change ! An August summer night, soldiers passing by listening to the wind of change ! The world is closing in, did you ever think !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/08/2016
› nombre d'opérations : 32
› pseudo : Speedy
› célébrité : Jamie Dornan
› credits : Jerry

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 17:08

Oh mais de rien quelques point a voir en mp avec toi ma douce et tendre Diane avant de me lancer ce soir a la fraîcheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: Atteindre le plus haut des sommets. Diriger l'hôpital.
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 20/08/2016
› nombre d'opérations : 59
› pseudo : elow ;
› célébrité : manish dayal ;
› credits : elow ;

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 17:39

Bienvenue ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: rester forte
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 22/08/2016
› nombre d'opérations : 42
› pseudo : fairy sissi
› célébrité : jenna coleman
› credits : songbird

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 17:49

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: ne plus vivre caché
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 24/07/2016
› nombre d'opérations : 336
› pseudo : same old love
› célébrité : emma watson
› credits : thanks to dreamy

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 25 Aoû - 18:11

welcome here ! on ne peut qu'approuver ce choix

_________________
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams:
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 20/08/2016
› nombre d'opérations : 70
› pseudo : Margot.
› célébrité : Selena Gomez
› credits : money honey (avatar)

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Ven 26 Aoû - 4:28

Bienvenue par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 24/08/2016
› nombre d'opérations : 11
› pseudo : melon'
› célébrité : Colin Firth
› credits : avatar : © Tag. signature : © u.c

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Ven 26 Aoû - 10:08

Bienvenue par ici ! Excellent choix de scénario !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 07/08/2016
› nombre d'opérations : 38
› pseudo : spf
› célébrité : Amber Heard
› credits : kidonholiday & tumblrgifhunt

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Ven 26 Aoû - 16:43

Mr Grey! Dornan

Bienvenue ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/08/2016
› nombre d'opérations : 32
› pseudo : Speedy
› célébrité : Jamie Dornan
› credits : Jerry

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Ven 26 Aoû - 16:47

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: Devenir chef de pédiatrie ♥
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 06/08/2016
› nombre d'opérations : 397
› pseudo : Beecky
› célébrité : Katherine McNamara
› credits : © Angie

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Ven 26 Aoû - 22:08

Bienvenuuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Registers
Your Dreams: Manger sans grossir et boire sans être bourrée.
TO DO
:
Relationships
:
Life› embauché le : 15/08/2016
› nombre d'opérations : 101
› pseudo : utilisatrice me gusta
› célébrité : Lily Collins
› credits : Schizophrenic & hqgifhunting

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Mer 31 Aoû - 23:48

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 28/07/2016
› nombre d'opérations : 32
› pseudo : b o r d e r l e s s
› célébrité : emilia clarke, sourire doré.
› credits : cranberry.

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 1 Sep - 0:41

ouhouhou, bienvenue toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Life› embauché le : 16/01/2014
› nombre d'opérations : 299
› pseudo : MishMish + Sophia
› célébrité : Dakota Johnson
› credits : @ Princess, may0osh.tumblr

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 22 Sep - 23:29

Pendant que je lis ta fiche, tu as oublié ton groupe :)

_________________
I get a good feeling !
I follow the Moskva, down to Gorky Park. Listening to the wind of change ! An August summer night, soldiers passing by listening to the wind of change ! The world is closing in, did you ever think !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/07/2016
› nombre d'opérations : 243
› pseudo : queen b.
› célébrité : nina dobrev
› credits : hook me up

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 22 Sep - 23:30

bienvenue avec beaucoup de retard !

_________________
Nulle amie ne vaut une sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/08/2016
› nombre d'opérations : 32
› pseudo : Speedy
› célébrité : Jamie Dornan
› credits : Jerry

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 22 Sep - 23:42

Ajouté autant pour moi so sorry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
ADMINISTRATEUR
avatar


No Worries
Life› embauché le : 16/01/2014
› nombre d'opérations : 299
› pseudo : MishMish + Sophia
› célébrité : Dakota Johnson
› credits : @ Princess, may0osh.tumblr

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Jeu 22 Sep - 23:45



- Félicitations -
Tu peux te rendre à l'hôpital !


J'aime beaucoup ton histoire. J'ai hâte de voir ce que ce duo va donner.


Voilà, tu as réussi ! Tu as réussi à tenir le coup jusque là, tu es à présent dans l'enceinte de l'hôpital. Avant de pouvoir te lancer, corps et âme dans le RP, certaines choses sont à faire. Tout d’abord, il faut que tu vérifies que ton avatar a été recensé ici. Après, tu ne comptes pas te tourner les pouces toute la journée, tu as bien un petit métier, tu trouveras le recensement des métiers ici. Dormir ? De temps en temps, c’est essentiel, dormir dans la rue tu ne feras pas ! Viens créer ton logement par ici. Pour terminer, si tu as la moindre question concernant l'hôpital, n’hésite pas à en faire dans ce sujet. Tu es à présent libre de tes actes, cours, vole, sache que les administratrices seront à ton écoute.
Nous te souhaitons un bon jeu parmi nous.

_________________
I get a good feeling !
I follow the Moskva, down to Gorky Park. Listening to the wind of change ! An August summer night, soldiers passing by listening to the wind of change ! The world is closing in, did you ever think !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


No Worries
Life› embauché le : 25/08/2016
› nombre d'opérations : 32
› pseudo : Speedy
› célébrité : Jamie Dornan
› credits : Jerry

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   Ven 23 Sep - 0:19

j'ai surtout hâte de voir a quel point mon retour touche ton petit coeur :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/

❝ Contenu sponsorisé


No Worries
Life

MessageSujet: Re: Alec Ethan Lawrence   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alec Ethan Lawrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ethan C. Anderson ~ Une tête d'ange, dans un corps de démon
» M.I Ethan Hunt
» [Medicom] RAH Mission Impossible 3 - Ethan Hunt teaser
» Ethan Louis Ward : Un amour passionnel
» Octobre 2013 : Taeyang Ethan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road's Hope :: Second step :: the pursuit of happiness :: welcome home-